Vue de La Rochelle depuis les Bains Marie-Thérèse

Oeuvre de Auguste Alexandre Abel de PUJOL (fils), 1851, huile sur toile, 60 cm x 93,5 cm

Texte : Lucie Baron (1S5), inscrite en histoire des arts option facultative, Lycée Jean Dautet La Rochelle.

La Rochelle-bains de mer

Vue de La Rochelle depuis les Bains Marie-Thérèse, de Auguste Alexandre Abel de PUJOL (fils), 1851, huile sur toile, 60 cm x 93,5 cm

A bien regarder ce tableau, ne voyez-vous pas l’anomalie ? Certes, cette toile du XIXème siècle paraît sans incohérence. La lumière et les couleurs claires adoucissent d’autant plus l’ambiance, déjà calme et sereine, qui se dégage de ce tableau. Il représente la vie bourgeoise de l’époque à La Rochelle et dispose donc d’un intérêt historique. En effet, les Bains Marie-Thérèse se trouvaient autrefois à l’emplacement actuel du Casino, dans l’allée du Mail.

Le tableau se découpe en trois plans : au premier, on voit les personnages et la mer ; au second, ce sont les arbres et le bâtiment que l’on remarque ; et à l’arrière-plan, on observe le ciel ainsi que ce qui semble être le port de La Rochelle avec la Tour de la Chaîne et la Tour Saint Nicolas.

De plus, le premier plan se divise en une série de scènes de la vie quotidienne des bourgeois. On y voit une discussion entre deux femmes, deux hommes parlant avec deux femmes pendant que leurs enfants jouent, deux bourgeoises se faisant photographier, un déjeuner en plein-air, un couple se prélassant sur un banc, un autre admirant la mer ou encore des nobles qui se promènent. On peut ainsi dire que ce tableau est un vrai guide de toutes les activités possibles et imaginables à faire lorsqu’on est issu de la bourgeoisie et que l’on vit au XIXème siècle à La Rochelle !

Alors, l’avez-vous remarqué ? Je parle de l’anomalie. Non, vous ne la voyez donc pas ? Il n’est pas possible de voir depuis cet endroit, la Tour de la Chaîne ou la Tour Saint Nicolas. Le peintre a arrangé le panorama afin de faire apparaître les emblèmes de La Rochelle, ce qui permet d’inscrire la toile dans son espace local. Même si cette technique est souvent utilisée par les peintres qui veulent que le lieu qu’ils dessinent soit facilement reconnaissable (comme ça a sans doute été le cas pour ce peintre, Abel de PUJOL, qui a vécu à La Rochelle), il est toujours drôle de remarquer la supercherie.