Au fil du courant d’Huchet

Dans le sud des Landes, entre océan et forêts, la réserve naturelle nationale du courant d’Huchet présente une incroyable palette de paysages. Étang, cours d’eau rapide et forêt galerie, marais et tourbières, forêts et dunes… Au fil du courant, ces perspectives dévoilent des atmosphères très différentes. Une diversité qui s’explique par la géographie de ce milieu très particulier.

Forêt fluviale traversée  par le Courant d'Huchet.
Le courant d’Huchet traverse des paysages très diversifiés. Photo : ©JE Descombes.

Texte : André Filipar

Cela fait longtemps que les grands lacs situés au nord et au sud du bassin d’Arcachon n’ont plus d’exutoire direct vers le golfe de Gascogne. Seuls les petits étangs littoraux circonscrits au sud des Landes sont encore reliés à la mer. Entre l’étang de Léon et l’océan Atlantique, le courant d’Huchet forme un véritable cordon ombilical qui associe des milieux riches en histoire, en traditions et en habitats. Un espace 100 % naturel puisqu’il reste à ce jour le seul cours d’eau du golfe de Gascogne, dont l’embouchure n’a jamais été stabilisée par travaux d’endiguement. Sur un espace réduit – le courant ne mesure que 9 km de long – se côtoient des eaux douces et saumâtres, des sols très secs aussi bien qu’inondés. Un paradis pour la faune et la flore sauvage.

Le courant d’Huchet, de l’étang à la mer

À l’origine de la réserve naturelle du courant d’Huchet, il y a donc l’étang de Léon. Ce plan d’eau est le résultat de l’accumulation des eaux continentales bloquées par la formation progressive du cordon dunaire, il y a 5000 ans. Au début du XIXe siècle, sa superficie était de 7 km². Elle n’est plus aujourd’hui que de 3,4 km². Une diminution liée aux phénomènes d’envasement observés sur l’ensemble des plans d’eau aquitains.

En cause, les apports naturels de sédiments charriés par les ruisseaux et l’entassement de matière organique végétale. S’y ajoute l’augmentation de « marais flottants » végétaux qui réduisent lentement la superficie de l’eau libre.

Dans sa partie amont, le courant d’Huchet comprend trois bras, appelés canes, qui traversent une zone marécageuse gagnée sur l’étang. Ces trois canes se réunissent au lieu-dit « la Nasse » pour former un seul et unique cours d’eau. Un ouvrage hydraulique situé à ce point de jonction permet de réguler les niveaux de l’étang. Après le barrage, le courant devient plus « torrentiel » et sinueux, et façonne son lit entre les dunes. Pour lire la suite…

La réserve naturelle du Courant d'Huchet dans les Landes
Réserve Naturelle du Courant d’Huchet -Photo © : JE Descombes