Pendant longtemps, les discussions sur le changement climatique n’ont pas pris l’océan en compte. Mais les choses changent et cet environnement planétaire trouve enfin sa place légitime dans les enjeux climatiques. Quel rôle l’océan joue-t-il dans le climat et quels sont les impacts du changement climatique sur l’océan ? Éléments de réponses.

Texte : Françoise Gaill, CNRS, vice-présidente de la plateforme internationale Océan et Climat.

Le climat de notre planète dépend en grande partie de l’océan, mais nous sommes encore trop peu à le savoir aujourd’hui. C’est en effet le grand régulateur du climat mondial grâce à ses échanges continuels avec l’atmosphère. Il absorbe, emmagasine et transporte dans son mouvement la chaleur du soleil en affectant la température et la circulation de l’atmosphère. Sa capacité à stocker la chaleur est bien plus efficace que celle des continents ou de l’atmosphère, mais personne ne sait encore jusqu’à quand cette capacité de stockage pourra s’exercer.

le changement climatique affecte fortement la vie marine


Les massifs de coraux, comme ici en mer rouge, abritent près d’un tiers des espèces marines connues à ce jour.
© Sergey

Coraux en péril

Ce qui est avéré par contre, c’est que les eaux marines se réchauffent. Ce qui a des conséquences sur les propriétés et la dynamique de l’océan, sur ses échanges avec l’atmosphère et sur les écosystèmes marins et leurs habitats. Les récifs coralliens par exemple recouvrent une faible surface des océans, mais abritent près d’un tiers des espèces marines connues. Une élévation de moins d’un degré de la mer, au-delà d’une valeur seuil, suffit à provoquer le blanchissement et la disparition potentielle du récif. Les conséquences sont importantes car ces bioconstructions assurent de nombreux services… notamment la subsistance directe à plus de 500 millions de personnes dans le monde.

La montée du niveau de l'océan est une conséquence du changement climatique a des conséquences catastrophiques sur les territoires insulaires

Un océan plus acide

Par ailleurs, on ne sait pas assez que chaque jour, l’océan absorbe plus d’un quart du CO2 produit par l’homme, soit 50 fois plus que l’atmosphère. Il s’ensuit une modification chimique de l’eau de mer qui se traduit par une acidification des océans. Cette acidité des océans a augmenté de 30 % en deux siècles et demi et le phénomène continue à s’amplifier, menaçant directement des espèces marines. Si la pompe à carbone biologique est identifiée, l’ampleur de son action reste à préciser. Il faut savoir que la diversité marine spécifique ne représente que 13 % des espèces vivantes décrites, ce qui est peu au regard de l’immensité du volume océanique. Est-ce lié à un manque de connaissances ? L’avenir le dira, mais l’espace encore inconnu des grands fonds marins pourra peut-être apporter une réponse s’il est exploré.

Pour lire la suite…