Quand le château de Duras se remeuble

Non, le château de Duras n’est pas celui de Marguerite, mais celui de la lignée ducale des Durfort. Sur des fondations castrales remontant au XIIe siècle, ce château délaissé après la Révolution recouvre sa splendeur d’antan. Dans ce lieu, classé au titre des Monuments historiques depuis 2002, les derniers embellissements ont trait à son ameublement, un projet mené par la municipalité en partenariat avec le Mobilier national.

Texte : Sarah Demay

Il a fallu cinq décennies de travaux pour rénover une trentaine de salles du château de Duras. En 2016, la municipalité propriétaire des lieux estima qu’il était temps de redonner vie à différentes pièces du monument et de lui restituer l’ambiance des époques les plus marquantes de son histoire. D’où la décision de le remeubler avec le concours du Mobilier national, dont c’est le premier projet de ce type en Nouvelle-Aquitaine. Rattaché au ministère de la Culture, le Mobilier national est l’héritier du Garde-Meuble royal, créé en 1604 par Henri IV. Il a pour mission de conserver, restaurer et entretenir une collection de 130 000 objets mobiliers ou textiles destinés à l’ameublement des résidences présidentielles et des palais officiels.

Tout un art de vivre au château de Duras

La grande salle à manger de la duchesse © Mairie de Duras

En 2018, la petite chambre de la Duchesse située dans la tour nord-ouest, sa grande salle à manger, son antichambre (devenue la salle de billard) et la salle des Maréchaux étaient d’abord meublées. Suivirent cette année, les appartements du Duc, qui comprennent sa chambre, sa salle à manger et son salon, inaugurés en ce mois de juin 2019. Désormais, ce sont sept pièces réaménagées et remeublées selon leur fonction et la personnalité de leurs occupants, que l’on peut visiter au rez-de-chaussée, en même temps que le reste du château et ses jardins.

Une tapisserie des Gobelins

Avant que le château soit partiellement pillé et détruit sous la Révolution, un inventaire dressé en 1789 permit de répertorier tout son mobilier et de pouvoir ainsi reconstituer l’art de vivre ducal. Plus d’une centaine d’éléments d’ameublement datant du XIXe siècle ont été mis en place. Ils ont été choisis pour leur style dit troubadour, qui reprend tous les styles de l’histoire, mariant aussi bien le goût de la Renaissance à celui des riches heures de gloire des ducs de Durfort-Duras au XVIIe siècle.

La tapisserie des Gobelins Le siège de Douai, tissée en 1740.
La tapisserie des Gobelins Le siège de Douai, tissée en 1740. © Mairie de Duras

Une tapisserie montrant le Siège de Douai en 1667 fait partie des pièces exceptionnelles récemment installées. Louis XIV y est représenté avec Jacques-Henri de Durfort-Duras à qui il avait ordonné de prendre la ville. On y voit également le maréchal de Turenne, oncle de Jacques-Henri. C’est après ce fait d’armes que ce dernier obtint les titres de duc et pair de France, ainsi que maréchal de France. Cette tapisserie, qui mesure 5,42 m x 4,13 m, a été tissée en 1740 par la manufacture des Gobelins d’après un carton de Charles Le Brun. Elle appartient à un ensemble de 14 tentures intitulé L’Histoire du Roi et destiné à glorifier le monarque.

Pour lire la suite…