Errota Handia, une zone de quiétude pour la faune menacée

Des neuf réserves naturelles que compte la région Nouvelle-Aquitaine, Errota Handia située dans les Pyrénées-Atlantiques est la plus petite par sa superficie. Elle n’en offre pas moins un ensemble écologique remarquable pour de nombreuses espèces végétales et animales à quelques encablures de la côte basque.

Texte : Alionka Boiche, chargée de mission, Conservatoire d’espaces naturels Aquitaine

Réserve naturelle d'Errota Handia (64)
Réserve naturelle d’Errota Handia (64) ©BOICHE-Alionka

La réserve naturelle régionale d’Errota Handia se situe sur la commune d’Arcangues, dans l’ancien fief féodal de Labourd, à moins de 10 km de la côte littorale. Le Labourd est séparé au sud par le Guipuscoa, aux paysages similaires, et au nord par le département des Landes, avec sa forêt plantée de pins maritimes.

Errota Handia, un habitat diversifié

Établie sur le bassin-versant de l’Uhabia, un petit fleuve côtier, la réserve s’étend sur un fond de vallons où coule le ruisseau d’Alots, à une altitude de 20 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le site est entièrement inondable.

D’une superficie classée de 9,5 hectares, ce site comprend des milieux naturels diversifiés, autour d’un étang de 2 ha environ et de ruisseaux et mares afférents. Les prairies et friches humides constituent l’essentiel des milieux ouverts, tandis que les boisements se composent de chênaies acidiphiles, de saussaies marécageuses et d’aulnaies.

Cigogne : halte migratoire ©BOICHE A
Halte migratoire de cigognes blanches sur la réserve naturelle d’Errota Handia ©BOICHE Alionka

De nombreuses espèces animales et végétales ont été recensées à Errota Handia, la diversité avifaunistique (oiseaux nicheurs et hivernants) et entomologique y étant particulièrement remarquable. Le site abrite en outre des espèces patrimoniales, comme la Loutre d’Europe, les coléoptères Lucane cerf-volant et Grand capricorne, les libellules Agrion de Mercure et Cordulie à corps fin, ou encore le papillon Cuivré des marais.

Il était une fois un grand moulin

On peut faire remonter l’origine du site d’Errota Handia à un moulin du XVIIe siècle, dont il ne subsiste aujourd’hui qu’une ruine. La date précise de construction n’est pas connue, mais on suppose qu’il fut construit de 1625 à 1691.

Le lieu a été visité par le marquis Léopold de Folin (1817-1896), un zoologiste doublé d’un spécialiste des mollusques qui, dans son ouvrage Pêches et chasses zoologiques daté de 1893, note la présence de quelques mollusques bivalves aquatiques (genres Unio et anodontes, des moules d’eau douce) et de poissons (aubour, épinoche).

Pour lire la suite…