Les Antonins, le cœur bocager de la Gâtine poitevine

Le bocage des Antonins qui entoure l’étang de Forges, à Saint-Marc-la-Lande dans les Deux-Sèvres, constitue un îlot paysager représentatif de la Gâtine armoricaine, en très bon état de conservation. Il est caractérisé par une biodiversité très élevée, ce qui lui a valu d’être classé en 2015 Réserve naturelle régionale (RNR) qui est gérée par l’association Deux-Sèvres Nature Environnement. Sur une surface de 22,6 hectares, il regroupe une diversité de milieux représentatifs du bocage tel qu’il existait à la fin du XIXe siècle, ce qui devient de plus en plus rare de nos jours.

Texte : Alexandre Boissinot, conservateur, Réserve naturelle régionale du Bocage des Antonins

L’histoire de la réserve naturelle des Antonins est remarquable en raison du rattachement du bocage et de l’étang à la commanderie des Antonins, Puis de son appartenance à René Verriet de Litardière (1888-1957), un botaniste de renommée internationale. Il constitue en cela un patrimoine naturel, culturel et historique de première importance.

Considéré comme étant le château d’eau des Deux-Sèvres, la Gâtine poitevine est riche de plusieurs milliers d’étangs piscicoles. Dont certains sont très anciens.

L'étang des Forges, au coeur de la réserve des Antonins
Vue de l’étang des Forges ©Laurent Debordes

Le baume des Antonins

L’étang des Forges, d’une superficie de 2,5 hectares remonte très certainement aux Antonins.Ce puissant ordre religieux s’établit dans les landes de Saint-Marc entre les XIIIe et XVIIIe siècles. La renommée des Antonins était surtout liée à l’utilisation d’un baume, composé de 14 plantes, pour soulager les personnes atteintes par « le feu de Saint-Antoine », une maladie ayant sévi dans toute l’Europe au XIe siècle.

Nombre de plantes médicinales ou utilisées dans la vie quotidienne poussent toujours dans la réserve des Antonins (renoncule bulbeuse, plantain lancéolé, trèfle blanc, scrofulaire aquatique…).

René Verriet de Litardière et le bocage des Antonins

À partir du milieu du XVIIIe siècle, l’étang et son bocage deviennent la propriété de la famille de Litardière. Né en juin 1888 à Mazières-en-Gâtine, René Verriet de Litardière est un botaniste de renommé internationale. Son père le sensibilise très jeune à la botanique? Ensemble ils parcourent les chemins du département des Deux-Sèvres et les domaines familiaux. Notamment le bocage des Antonins à Saint-Marc-la-Lande. Les informations répertoriées dans les carnets de l’herbier familial, que René entreprend d’augmenter dès l’âge de neuf ans, permettent d’apprécier l’évolution de la flore depuis 1898 sur le site de la réserve naturelle des Antonins.

Exemple d'arbre "têtard" dans le bocage des Antonins
Exemple d’arbre « têtard » ©Christophe Ingrand

René Verriet de Litardière comprend très rapidement l’importance de la géographie botanique. Il entreprend des voyages d’études en Espagne et au Portugal, durant l’été 1910, puis en Afrique du Nord, en 1911. À l’occasion de ses périples il met en place tout un réseau de correspondants locaux. Ce qui lui assure une excellente connaissance de la répartition géographique des plantes.

Pour lire la suite…