Bouton-Achat-Numéro
Bouton-Abonner

Edito Arcades #9 :

Toute une région de paysages

Du granit de la Charente Limousine jusqu’aux marais et aux. Îles du littoral, de la douceur (presque) angevine du nord Deux-Sèvres jusqu’aux landes et aux forêts de Haute-Saintonge, la région possède une richesse et une diversité de paysages hors du commun. Les nombreux sites classés au motif que leur conservation ou préservation « présente au point de vue artistique, scientifique, légendaire ou pittoresque, un intérêt général » témoignent de l’intérêt exceptionnel de ce patrimoine naturel. Tout comme les zones de protection du patrimoine architectural et urbain instituées dans de nombreuses villes de la région qui soulignent la volonté des élus locaux de valoriser, de faire vivre et de transmettre cet héritage unique fait de bâtiments remarquables et d’environnement urbain protégé.

L’histoire a bien sûr marqué de son empreinte ces territoires très divers, contribuant ainsi à leur donner une identité spécifique. Souvent le travail des hommes a cherché à (re) modeler le paysage formé par la nature : qu’il s’agisse des marais salants de l’île de Ré ou des aménagements de fleuves conçus pour produire de l’énergie ou faciliter la circulation des hommes et des marchandises.

Des constructions qui ont fini par se fondre dans les paysages, sans doute parce que techniciens et architectes partageaient alors un projet où l’efficacité opérationnelle et la beauté du trait pouvaient cohabiter. Epoque révolue ? À voir dans les paysages actuels les tours imposantes de nos centrales nucléaires et les pales gigantesques des alignements d’éoliennes, il est permis de s’interroger…

Reste qu’aujourd’hui, l’attractivité du Poitou-Charentes doit beaucoup à la diversité de ces patrimoines naturels et culturels. En témoigne bien sûr l’intérêt touristique de la région. Mais aussi le nombre de films longs-métrages, sans compter les documentaires et les fictions télévisuelles, qui utilisent les paysages picto-charentais comme décor naturel. Nombre de scènes de chefs-d’œuvre du septième art ont vu le jour sur les plages de l’île de Ré (Le jour le plus long de Darryl F. Zanuck), les places de Rochefort (Les demoiselles de Rochefort de Jacques Demy), les campagnes de la Vienne (Van Gogh de Maurice Pialat) ou celles du Montmorillonais (Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet). Par la magie du cinéma, où tout est affaire de cadre et de lumière, nombre de paysages du Poitou et des Charentes se trouvent ainsi transfigurés, devenant au gré de l’imagination des réalisateurs les plages du débarquement en Normandie ou les champs de bataille de Picardie. Une autre manière de découvrir les paysages de la région, en cinémascope et en couleurs !

Philippe Arramy

Directeur de la Rédaction