Bouton-Achat-Numéro
Bouton-Abonner

Edito Arcades #14 :

Fascinations

Vivre dans un château, nombre de nos contemporains en rêvent. Quelques-uns réussissent à concrétiser ce qui est souvent le projet de toute une vie en choisissant de faire vivre leur château autour de programmations culturelles ou artistiques et, à cet effet, ouvrent leur demeure au grand public (pages 28-45).

Les esprits caustiques ne manqueront pas de faire remarquer qu’il s’agit là des suites de la fascination que peut encore exercer l’Ancien Régime… De fait, si les châteaux déploient toujours autant d’attraits, c’est sans doute qu’ils continuent à jouer un de leur rôle initial : subjuguer le monde par la beauté et la puissance de leur architecture et de leur décoration. L’art du vitrail, tel qu’il est pratiqué dans l’Atelier Saint-Joseph (pages 14-17) ou entretenu au musée du vitrail de Curzay (pages 66-69), a de tout temps largement contribué à en rehausser la beauté.

S’agissant toujours de fascination, celle que produit le monde disparu des dinosaures est également remarquable. Et pas seulement chez les enfants ! Les fouilles menées depuis sept ans sur le site d’Angeac-Charente et les fabuleuses découvertes qui en découlent (pages 46-51) donnent lieu cette année à une exposition au Musée d’Angoulême (pages 52-53), qui semble d’ores et déjà promise à un beau succès.

Tout aussi fascinante, la nature offre également un fort pouvoir d’attraction. Ainsi en est-il des paysages de la région (pages 18-21), vus sous l’angle d’un patrimoine en constante évolution, ou de ceux, plus sauvages, de l’île Nouvelle dans l’estuaire de la Gironde (pages 54-57) qui, grâce à un programme raisonné de « renaturalisation », permet aux visiteurs de découvrir un biotope unique.

Ce ne sont là que quelques-uns des thèmes abordés dans cette édition de printemps d’ARCADES. Au fil des pages, bien d’autres sujets poussent à la découverte du patrimoine local. Avec toujours la même ambition de donner à voir, mais aussi à comprendre, ceci pour inciter à aller au-delà de la simple fascination… toujours trop aveuglante !

Philippe Arramy

Directeur de la rédaction