Bouton-Achat-Numéro
Bouton-Abonner

Couv-OmbreARC10Edito Arcades #10 :

Intarissable patrimoine

La revue ARCADES pourrait-elle un jour manquer de sujets d’articles ? La question nous est souvent posée. Elle suggère en fait que le patrimoine existerait en quantité limitée, et serait donc une notion figée dans le temps. À l’évidence, il n’en est rien.

Certes, la notion première de patrimoine renvoie à l’héritage de nos pères. En ce sens, il ne peut s’en créer plus qu’il ne nous en est légué. Mais sur ce patrimoine venu du passé, le regard a changé et le champ du patrimoine s’est élargi au fil des ans, intégrant désormais aussi bien le patrimoine immatériel que des créations plus contemporaines, qu’il s’agisse de jardins ou de bâtiments, appelées à devenir le patrimoine de demain. C’est là tout le sens de ce grand mouvement de patrimonialisation – excessive aux yeux de certains ? – qui est à l’œuvre depuis un long moment.

Bien entendu, préserver la richesse du patrimoine reste un enjeu majeur. Parce que ce patrimoine est fragile et que quelques minutes suffisent pour anéantir un héritage vieux de plusieurs siècles. La destruction récente des temples de Palmyre par les islamistes de Daesh en Syrie est venue nous le rappeler.

Cette préservation peut parfaitement rimer avec évolution. Comme au Château d’Oiron dans les Deux-Sèvres, où l’art contemporain a investi avec bonheur et succès des espaces patrimoniaux des plus « classiques ». D’où également l’intérêt de projets menés par des collectivités territoriales qui, comme à Thouars avec l’hôtel Tyndo, à La Rochefoucauld avec le couvent des Carmes ou à Saint-Maixent-l’Ecole avec la piscine de l’Ecole Militaire, s’emparent de leur patrimoine et le réhabilitent en lui donnant une nouvelle destination : médiathèque, salle de spectacles pour les musiques actuelles, conservatoire de musique et de danse. Ces lieux anciens, bien connus du public, bénéficient ainsi d’un regain d’intérêt, et la population peut dès lors d’autant mieux s’approprier ces nouveaux lieux de culture. C’est aussi la preuve manifeste que l’ajout d’éléments contemporains dans du patrimoine ancien peut être synonyme de continuité historique et de parfaite harmonie. Autant dire que loin d’être une notion figée, le patrimoine s’affirme comme un champ particulièrement vivant… et donc intarissable.

Philipe Arramy

Directeur de la rédaction